En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus

#Musique "C'est quoi une bonne musique ?"

Petite réponse à ce tweet

Comme l'a si bien dit la première réponse à ce tweet, il va être difficile d'y répondre de manière objective. Toutefois, on va quand même essayer.

La première question à se poser, c'est : qu'est-ce qui nous fait aimer une musique, qu'est-ce qui va nous faire dire qu'une musique est bonne ? (Bonne, bonne, bonne…)

La première réponse qui me vient à l'esprit, c'est quand une musique éveille en nous une émotion, un sentiment, voire un souvenir. À un niveau plus élevé encore, c'est ce qui va provoquer les fameux frissons, ou l'envie de danser, l'envie de sourire, ou même de pleurer. Je vais tomber un peu dans la facilité avec cet exemple, mais une musique de Jul ne me fera absolument pas frissoner ou ressentir quoi que ce soit, car je n'aime pas et je ne me reconnais dans aucun de ses textes et aucune de ces mélodies ne me fait vibrer. Néanmoins, si Jul rencontre autant de succès, peut-on dire que c'est quelque chose de mauvais ? Est-ce qu'un bon pourcentage de la population s'est d'un seul coup mis à apprécier ce que moi je qualifierais de médiocre ? Je ne pense pas. En revanche, un bon "Autre part" de Bigflo & Oli me colle une dose démesurée de frissons (surtout dans le 2ème couplet) avec des paroles si bien écrites, qui arrivent à me redonner de l'espoir alors même que je n'ai jamais été quelqu'un de suicidaire, un bon "Routine" de Steven Wilson va me coller une autre dose de frissons, quand la voix de Ninet Tayeb est poussée à son paroxysme pour exprimer la douleur de cette mère de famille veuve et qui a perdu ses enfants. La dose de frissons, je l'ai aussi dans ce passage du 4ème mouvement de la 9ème Symphonie de Beethoven :

Le côté joyeux de ce célèbre morceaux devient progressivement dramatique, tempêtueux, on sombrerait soudainement dans un désespoir, et pourtant, le bonheur vient dire "Stop !, regarde, ne te laisse pas emporter par la tristesse, la vie est belle, et chante avec moi !" Ce n'est peut-être pas tout à fait cela que le morceau exprime, mais c'est ce que moi je ressens en écoutant ce passage. Comme quoi, même sans paroles, un morceau peut procurer des émotions vives.

Je pourrais citer encore tant de morceaux et expliquer pourquoi je les aime, pourquoi ils me font vibrer. Mais rien que dans la phrase précédente, je dis "ils ME font vibrer". Cela relève donc, a priori, de l'expérience personnelle.

Ainsi, pour rester encore un peu dans les clichés, une personne qui écoutera du Jul ne cherchera probablement pas à ressentir des émotions vives autant que dans les 3 morceaux que j'ai pu citer, au risque même qu'à la première écoute d'une oreille peu concentrée, il trouve ces morceaux ennuyeux. Non. Cette personne va rechercher dans la musique, de la distraction, une envie de bouger la tête, de danser et d'avoir des textes qui lui font écho (bien que, personnellement, je trouve regrettable de chercher une syntonie dans des textes parfois mysogines, parlant de substances illégales, voire dénués de sens, mais une fois de plus, c'est mon avis). Au delà des instrumentales et des paroles, Jul a créé un univers bien à lui, gère seul sa communication sur Internet et les réseaux sociaux, et est extrêmement productif. Donc, si ses musiques plaisent à tant de monde, en connaissance de ce contexte, peut-on reprocher que ça ne soit pas de la bonne musique ?

Bon mais ça, c'est le point de vue subjectif. Sera qualifiée de bonne musique, une musique qui fait écho à des émotions, des sentiments, des souvenirs chez la personne qui l'écoute. Car de tous temps, il y a eu d'excellentes compositions comme de très mauvaises. Parfois même des compositions incomprises et jugées désastreuses, là où, quelques années plus tard, ces morceaux sont devenus des chefs-d'œuvre. Prenez la 2ème mouvement de la Sonate n°32 de Beethoven. Personne ne l'aimait de son vivant, et aujourd'hui Beethoven est qualifié de jazzman avant-gardiste !

Alors, maintenant, si on essaie de trouver un point de vue objectif, le seul critère qui me semble pertinent de juger, est la qualité du travail d'un morceau capable de s'inscrire dans l'histoire de la musique. Si on en revient à l'époque de la musique dite "classique", quelques compositeurs ont su tirer leur épingle du jeu. On a parlé de Beethoven, mais pour citer quelques autres noms célèbres : Bach, Mozart, Tchaïkovski et j'en passe. Un peu plus récemment, dans le monde du jazz, on peut citer Louis Armstrong ou Ella Fitzgerald. Et encore plus récemment, des grands artistes et grands groupes ont su marquer les esprits : Pink Floyd, Queen, Michael Jackson, MC Solaar, Jean-Jacques Goldman, David Guetta. Oui je mets David Guetta dans le panier, car bien qu'il a longtemps été pointé du doigt comme le DJ qui composait avec un seul doigt, il a lancé un vent de fraîcheur dans le monde de la dance et la musique électronique. À la fois père spirituel de nombreux DJ qui se lancent aujourd'hui, mais aussi, très bon communicateur. Et oui, aujourd'hui, la publicité et le marketing sont passés par là (je vais trop loin en parlant d'une capitalisation de l'industrie de la musique ?). Si bien que des compositions qui ont pu demander des heures de travail à un artiste pour trouver l'harmonie juste, le bon enchaînement, la petite touche qui fait qu'un morceau devient parfait, le bon mot pour exprimer ce que le parolier veut réellement dire, en jouant avec les sonorités et les double-sens, ces morceaux aujourd'hui semblent réservés à une élite qui n'existe pas, bien qu'ils s'adressent au plus grand nombre. Et pourtant, un artiste sachant mieux gérer (pas forcément seul comme Jul, les labels et les maisons de disques sont là pour les aider) sa propre publicité et sa propre communication rencontrera plus de succès, même si cet artiste a composé sa mélodie en une heure, juste pour faire quelque chose d'efficace. Pour autant, être capable d'écrire et de composer quelque chose en une heure, comme le font beaucoup d'artistes aujourd'hui, tout en rencontrant du succès, on peut peut-être considérer cela comme avoir un certain talent ?

En conclusion, on a abordé ici, je pense, une infime partie de la question, et je pense qu'il n'y aura jamais de réponse absolue. Personnellement, je préfère de loin des compositions dans lesquelles le travail se ressent. Si en plus, ces compositions me procurent des émotions, pour moi, c'est gagné ! Même si de temps à autres, je ne suis pas, moi non plus, contre un bon morceau qui vide la tête.

Rédigé le .

Commentaires

comments powered by Disqus