En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus

#Musique La musique est-elle épuisée ?

On entend toujours les mêmes choses à la radio… alors que le paysage musical actuel est toujours très varié, si l'on cherche un peu. Alors pourquoi les chansons à succès sont celles qui parraissent être les plus bâclées ? Je ne sais pas, cependant, le constat est bel et bien là…

Cet article a été repris d'un de mes posts facebook.

4 accords (La mineur, Fa, Do, Sol), 2 voire 1 seul, un rythme binaire (boum - tchack), des couplets répétés deux fois, si tant est qu'il y en ait, des rimes qui ne sont pas de vraies rimes, des anglicismes, des fautes de grammaire… voici ce qui caractérise les musiques qui marchent à l'heure actuelle.

D'ailleurs, beaucoup d'humoristes tournent en dérision ce phénomène musical :

  • Michael Gregorio : vidéo Youtube (centré sur Christophe Maé)

  • Mika Selles : vidéo Youtube (même concept que Michael Gregorio, en plus développé)

  • PV Nova : vidéo Youtube (comment faire de la « Soupe dou brazil »), une autre : vidéo Youtube (comment faire du « Hip Hop atomique »), encore une autre : vidéo Youtube (comment faire de « l'Electro Dance Club »)

  • Axis of Awesome : vidéo Youtube (basé sur les accords Do, Sol, Lam, Fa, presque pareil…)

  • Comte de Bouderbala : vidéo Youtube (plus orienté sur le rap)

La liste n'est pas exhaustive…

La musique est-elle épuisée ? Ne connaîtra-t-elle donc aucun nouveau souffle de nouveauté ? Les artistes ont-ils fait le tour de leur inspiration ? Pas si sûr, mais force est de constater qu'en allumant nos radios sur NRJ, Fun, Skyrock, etc. , en d'autre termes des radios dites commerciales, on entend « toujours les mêmes choses » pour reprendre les mots de beaucoup de parents qui sont excédés de subir la musique que leurs enfants aiment bien. Les jeunes, eux, disent : « ils sont vieux, ils comprennent rien à la musique de maintenant, ils ne vivent pas avec leur temps, … ». Cependant, on arrive tout de même à entendre quelques perles parmi toutes les musiques qui se ressemblent, quelques perles qui ont apporté un nouveau souffle à la musique. Dommage que tous les autres artistes commerciaux se soient dit « Woaw ça marche super bien ! Je vais faire pareil ! » À mon goût, l'artiste qui en a influencé des tas d'autres ces dernières années a été Avicii. On aime ou on n'aime pas, mais il faut dire qu'avant lui la musique électronique avait une tout autre sonorité. Prenons l'exemple de Laurent Wolf – No Stress et de David Guetta – Love is Gone. Chronologiquement parlant, David Guetta a sorti le tube Love is Gone avant Laurent Wolf avec No Stress. Du côté de David, cette musique lui a permi de revenir au devant de la scène française. Je serais presque tenté de dire que c'est grâce (ou à cause) de cette musique qu'à l'heure actuelle, 70%des musiques que l'on entend à la radio sont des musiques dance/électronique/house. Avant lui, la musique électronique était beaucoup moins diffusée sur les radios commerciales. Dans cette période, les instruments électroniques employés dans les musiques à la mode étaient relativement « proche » des oreilles, pas ou peu de delay, pas de reverb, des sonorités brutes, et des notes coupés nettes. On sentait bien l'arrivée de l'informatisation des compositions musicales. A l'époque toutes les musiques se ressemblaient déjà plus ou moins, et on avait la chance de découvrir les instruments électroniques reconstruits par ordinateur. Puis Avicii, pour en revenir à lui, est venu taper du point sur la table avec Bromance. Ou plutôt Seek Bromance, parce que, pour que ça marche en radio, il fallait ajouter des paroles. Avec une musique très influencée par la Trance (Bromance est passée au moins un an avant la popularisation de Seek Bromance, sur la webradio Puls'Radio), Avicii nous offre des morceaux avec des instruments brillants, qui remplissent l'espace auditif, et dont la mélodie principale est jouée par plusieurs instruments : la ligne musicale par un instrument généralement basé sur une onde carré, et les accords rythmiques qui suivent la ligne musicale par un instrument composé d'un piano électrique brillant et des pads brillants eux aussi. L'exemple typique du style de musique dont je parle est évidemment dans Bromance de Avicii, mais aussi Stone & Van Linden avec Summerbreeze. A l'exception de Daft Punk (qui restera une exception parce que personne n'ose piquer les musiques de Daft Punk), aucun artiste n'a su apporter un souffle nouveau depuis Avicii. Le dernier album de Stromae « Racine Carrée » sort également du lot. On peut aussi citer Gotye qui n'a pas fait qu'une seule musique que tout le monde connait « Somebody that I use to know », « State of the Art » offre une composition expérimentale et un clip vraiment très intéressants : vidéo Youtube (le clip prouve clairement que nous sommes prisonniers de la musique électronique). Bref, on verra dans quelques mois ce que donne la programmation musicale…

Alors là, je parle de musique électronique parce qu'il s'agit d'un bon exemple, et que, comme je le disais plus haut, 70% des musiques qui passent sur NRJ, Fun, et j'en passe, sont du style électronico-commercial. Mais soyons rassuré, non la musique n'est pas épuisée. Il y a encore beaucoup d'artistes malheureusement pas assez connu qui font de la musique vraiment travaillée (et pas uniquement parce qu'un producteur leur a dit : faut gagner des sous, faut faire un truc qui marche, donc faire comme ceux qui sortaient du lot et qui ont fait un truc qui marche !) Seulement, ils faut les dénicher, les trouver là où il se cachent, notamment si vous avez soif de changement ; alors voici quelques tuyaux : tapez le nom de musique que vous connaissez dans Deezer ou Spotify et écoutez toutes les autres musiques que vous ne connaissez pas et qui portent le même nom. Si l'artiste vous intéresse, vous n'avez plus qu'à écouter les autres musique de cet artistes. Il existe quelques radios également qui diffusent des musiques qu'on entend nulle part ailleurs. Je pense à des radios de jeunes talents pour la nouveauté, ou des radios comme Nova, dont le slogan « Le grand mix » veut bien dire ce qu'il veut dire. En d'autres termes, il faut oser écouter des choses que l'on a peur de ne pas aimer. On est généralement très surpris ensuite !

Pour terminer, j'aborde les paroles puisque j'en avais parlé au départ. On trouve encore quelques chansons à texte. Emmanuel Moire avec Beau Malheur m'a surpris avec un texte digne des chansons d'il y a au moins 25 ans, à une époque où on travaillait encore beaucoup les chansons. Certaines chansons de rap et autres genres urbains ou dérivés peuvent encore faire frissoner ou dénoncer. Stromae nous offre des textes qui jouent sur les mots à la Gainsbourg, qui prouvent un certain travail sur la recherche des sonorités. A côté de musiques dont les paroles sont « Miami Beach, vamos a la playa, vamos a la fiesta » on se dit qu'il est loin le temps des textes de Jean Ferrat ou Jean-Jacques Goldman…

Rédigé le .

Commentaires

comments powered by Disqus