En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus

#PostEnVrac Pourquoi le déremboursement de l'homéopathie est une bonne chose

Un commentaire que j'ai publié pour le site nantes.maville.com. Comme cet article a l'air issu d'une aggrégation et qu'il est soumis à validation, je le republie sur mon blog personnel. L'article en question est ici : https://nantes.maville.com/actu/actudet_-debat.-homeopathie-pour-ou-contre-son-deremboursement-_loc-3722913_actu.Htm

Rembourser l'homéopathie, c'est aussi utile que rembourser des boîtes de sucre Beghin-Say. Les anti-homéopathie appellent souvent cela des "billes sucrées". À raison. En effet, quand on regarde les procédés de fabrication de l'homéopathie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Dilution_hom%C3%A9opathique), on se rend compte que dans la plupart des cas, la molécule qui sert de "teinture mère" n'est plus présente dans le remède final. Généralement, quand on pointe du doigt ce défaut, les pro-homéopathie rappellent qu'il existerait une "mémoire de l'eau". Une faculté prêtée à l'eau qui n'a jamais été prouvé scientifiquement. Notons que si l'eau avait une mémoire, vu par où elle passe avant d'arriver dans nos verres et selon ce principe-là, on serait tous immunisés contre les maladies comme la gastro-entérite. Factuellement, ce n'est pas le cas. Un dernier argument soulevé par les homéopathes : l'individualisation. Un principe selon lequel les homéopathes affirment que la prescription des remèdes peuvent varier selon les patients, même si la maladie est la même d'un patient à un autre, puisque le contexte y serait pour quelque chose. Problème : le laboratoire qui produit l'homéopathie (Boiron) produit les mêmes remèdes pour tout le monde (oscillococcinum contre la grippe, par exemple).

Donc, si la composition ne prouve pas son efficacité. Que nous reste-t-il ? L'effet placebo. Il est encore mal compris à l'heure actuelle par les scientifiques mais a pourtant de réels effets sur certains patients. Le problème de l'effet placebo, c'est qu'il est beaucoup trop aléatoire et on ne peut pas se dire que l'on va rembourser toutes sortes de remèdes sur le seul effet placebo. Les études montrent que cet effet existe chez les patients, chez les nourrissons et chez les animaux. À tel point que les patients vont parfois montrer de vrais réactions physiologiques en réaction à un comprimé sucré dans certaines expériences. Du côté des nourrissons et des animaux, ces derniers seraient capables de percevoir les intentions de ceux qui les soignent, ce qui déclencherait un effet placebo chez eux. Il y a aussi tout un tas de biais de perceptions qui vont donner l'impression à ceux qui administrent de l'homéopathie à un bébé ou un animal que le remède a fonctionné, parce qu'eux-mêmes sont convaincu de l'efficacité du remède, parce que le temps a joué en la faveur de la personne guérie (exemple : une grippe soignée avec oscillococcinum en 4 jours serait probablement passée en 4 jours sans homéopathie). Tout cela, c'est ce qu'on appelle les effets contextuels. L'effet placebo n'est pas à négliger, car selon les patients, il peut avoir un réel pouvoir guérisseur, comme un genre de catalyseur de guérison. Pour autant, il existe tellement de remèdes placebo, de la classique homéopathie au plus exotique marabout, que les organismes de santé ne peuvent pas rembourser l'homéopathie (qui se trouve au même rang que les autres méthodes de soin pseudo-scientifiques) sans rembourser tous les autres. Donc s'il y a un choix à faire, c'est bien celui du déremboursement qui semble beaucoup plus logique, car basé sur de réelles preuves d'efficacité de la médecine conventionnelle.

Par ailleurs, voici quelques aberrations de l'homéopathie qui prouve bien que ceux qui en fabriquent n'y connaissent pas grand chose…

Et pour finir, on notera également que Boiron, leader mondial dans le domaine semble se complaire dans la vente des produits existants puisque l'investissement dans la recherche en 2018 représentait 1,8M€ tandis que leur chiffre d'affaire était de 284M€ en 2017 (http://www.boironfinance.fr/content/download/47701/374670/file/BOIRON%20RAP.%20SEM.%202018_FR.pdf). Ce qui signifie, pour parler en pourcentage, que Boiron n'a investi que 0.6% de leur CA en R&D. Bigpharma n'a qu'à bien se tenir…

Libre à vous de vous soigner avec de petites billes sucrées, mais faites-le en connaissance de cause et ne venez pas réclamer de remboursements pour un remède dont l'efficacité n'est pas prouvée et les méthodes de conceptions reposent sur une base non scientifique. Si après ça, vous cherchez à remettre en cause la science elle-même et ses méthodes, proposez donc une meilleure méthode de recherche que ce que la science propose actuellement comme outils.

Quelques vidéos à visionner sur le sujet :

Rédigé le .

Commentaires

comments powered by Disqus
À propos de moi

Tu veux ma photo ? Je sais, j'ai un nom un peu long mais contrairement à ce que tout le monde peut croire, il est très facilement prononçable : Christopher Machicoane-Hurtaud… (vous pouvez m'appeler par mon numéronyme C26d si ça vous chante). C'est pour ça que j'ai choisi c‑mh.fr, c'était plus court. Je suis né le 6 novembre 1992, un jour où, d'après Wikipedia, il ne s'est pas passé grand chose d'exceptionnel ; et je vis dans l'agglomération nantaise. Dans ce blog, vous trouverez plein de trucs qui pourront parler de radio (ma première passion), de musique (mon autre première passion), de web, et quelques réflexions sur l'actu de temps à autres. Un peu de tout, en somme, mais pas encore de licornes arc-en-ciel ; mais j'y songe…

Pour me contacter, envoyer un mail à christophermh44 [at] gmail.com