En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus

#Reflexions Pourquoi le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, c'est débile

C'est un peu le marronnier qui revient de temps à autres histoire de divertir les ligériens et les bretons, en leur donnant la sensation d'avoir une vraie identité à défendre. Et je sais que rien qu'avec cette phrase, vous avez déjà mon avis sur mon positionnement par rapport à la "réunification" de la Bretagne. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne fait débat depuis de nombreuses années. Depuis 1941 pour être précis, date à laquelle un décret du gouvernement de Vichy a décidé de rattacher la Loire-Atlantique à la région d'Angers plutôt que celle de Rennes (actuelle Bretagne). D'après Wikipedia, les raisons semblaient être à la fois économique mais aussi politiques puisque Nantes et Rennes se disputaient (déjà) la gouvernance de la Bretagne. Donc en séparant la Loire-Atlantique de la Bretagne chaque préfécture était contente.

Alors, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Ce choix est totalement discutable et à remettre dans son contexte historique. Je ne suis pas du tout Pétiniste, loin de là. Mais le fait est que, dans le passé, ça s'est déroulé comme ça.

Johanna Rolland, actuelle Maire de Nantes semble même avoir pris part au débat (dans un contexte de campagne, puisqu'elle est candidate à sa propre réélection) et s'est associée à l'Union Démocratique Bretonne pour demander à l'État un référendum décisionnel sur la question du rattachement du 44 à la Bretagne.

Je propose de reprendre les différents arguments pro-rattachement relayés par Wikipédia à l'heure où je rédige cet article.

La popularité de la réunification ?

Wikipedia fait d'abord état d'une volonté populaire du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Si on en croit le dernier sondage paru dans le magazine Bretons №157 d'octobre 2019 qui a commandé une étude auprès de TMO Régions, 47% des bretons sont favorables (ou très favorable) à une réunification, tandis que 53% le sont du côté du 44. Ce qui nous fait une moyenne de 50% tout rond. J'aurais aimé avoir accès au détail des chiffres pour en faire moi-même une analyse, mais je n'ai pas acheté la revue "Bretons" de ce mois-ci. Je note quand même une chose qui me fait croire que le sondage compte déjà un premier biais statistique : les catégories évoquées dans les articles de presse qui relatent le sondage sont "Très favorable", "Favorable", "Indifférent" et "Pas favorable". Si on avait voulu être juste, il aurait fallu différencier les "Pas vraiment favorable" et les "Pas du tout favorable", car dans la façon de poser la question aux sondés, on oriente déjà un peu la réflexion… Mais même en faisant abstraction de cela, ce qu'on peut déjà noter, c'est qu'il y a, certes, une tendance assez forte à vouloir réunifier tout ce beau monde, mais on n'est pas sur une majorité absolue réelle et ayant un vrai poids. 50%, ça montre une réelle division, la plus clivante qui soit.

Par ailleurs, la sophisme de l'argumentum ad populum ne peut pas justifier d'une prise de décision ; autrement dit, ce n'est pas seulement parce que quelque chose est populaire que c'est juste, que c'est bien ou que ça doit être appliqué. La popularité est un indice, pas une preuve en soi. Il faut étudier les choses factuellement, en se basant sur des éléments concrets pour débattre (pour rappel, histoire d'atteindre le point Godwin dans cet article, Hitler a été élu au suffrage universel…)

Mais les associations pro-réunification aiment bien mettre les arguments de popularité en avant. En juin 2014, une manifestation a eu lieu à Nantes pour demander le rattachement du 44 et comptait 17000 participants selon l'un des organisateurs et 8450 selon la police (qui, pour rappel, a toujours un peu tendance, elle aussi à surestimer le nombre de personnes comptées, pour des raisons de sécurité). L'écart est assez énorme…

L'histoire et la culture ?

Argument suivant relevé par Wikipedia et qui est l'argument préféré des militants : Nantes est historiquement en Bretagne, et à en croire Wikipedia, cela date du traité d'Angers de l'an 851. Mais moi, si j'en crois la carte ci-dessous, je me dis que si on va dans le sens de la réunification, on va bientôt avoir des propositions d'indépendantisme des Bretons, et que l'on va rendre tout l'Est de la France au Royaume de Lothaire Ier qui se trouve aujourd'hui être divisé entre la Belgique, les Pays-Bas, la Suisse et l'Italie principalement. On note d'ailleurs que cette carte montre l'État de la France en 843 et que la Bretagne n'avait pas encore annexé l'actuel territoire de la Loire-Atlantique et ressemble bien plus à la Bretagne actuelle !

Donc pourquoi, l'argument historique devrait-il être un argument recevable ? Les frontières ont changé de tous temps et partout pour des raisons généralement politiques et économiques, mais rarement pour des raisons historiques, car cet argument n'a tout simplement aucune valeur dans la plupart des situation. Il n'a pas plus de valeur pour le simple amour qui lie les ligériens et les bretons.

Culturellement, je ne vois pas plus quel héritage culturel la Loire-Atlantique a de la Bretagne, à part le château des Ducs, cher aux pro-réunification (château qui a, d'ailleurs, bien perdu de sa superbe depuis que la Loire ne passe plus à ses pieds… mais ça c'est hors-sujet). Ce besoin me donnerait presque l'impression que les bretons et les ligériens ont un vieux compte à régler sur fond de royalisme… Hormis ce château, je n'ai jamais entendu un autre élément culturel qui pourrait justifier du rattachement. En terme de gastronomie par exemple, les ligériens aiment bien s'approprier les spécialités bretonnes mais elles n'en restent pas moins des spécialités de l'actuel territoire breton. Si on va par là et qu'on reste un peu dans les clichés, il y a bien quelques fest-noz organisés ponctuellement dans le 44, mais personnellement, pour vivre dans la région Nantaise, je n'ai pas le sentiment de me trouver en Bretagne, culturellement parlant et au quotidien. Il m'arrive pourtant d'aller en Bretagne régulièrement pour y passer quelques jours et j'ai le sentiment personnel de ne pas me trouver au même endroit.

Encore une fois, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. La dernière phrase du dernier paragraphe ne témoigne pas d'un rejet de la Bretagne de ma part. Je trouve que c'est une belle région avec une belle culture. Je dis simplement qu'à mon sens, nous ne pouvons pas témoigner d'une culture similaire entre les 2 territoires.

La géographie et l'économie

Voici maintenant le domaine que je maîtrise le moins car je ne suis pas vraiment expert dans le domaine. Et je précise d'ailleurs que les arguments que j'avance dans les paragraphes précédents sont tout à fait critiquables, j'y reviens en conclusion. Donc, cette section sera plus emprunte de subjectivité que les autres qui en étaient déjà peut-être un peu.

Passons d'abord sur l'argument géographique : si l'on unit le 44 à la Bretagne, le dessin des autres régions va être un vrai casse-tête. La solution la plus naïve consisterait à seulement changer le département de la Loire-Atlantique de région. Si bien que les Pays de la Loire formeraient un polygone assez informe avec la Vendée relativement isolée du reste du territoire de la région. J'imagine que cela pose déjà quelques questions d'infrastructures de transport (routier, mais pas seulement) pour relier les départements entre eux et les autres territoires.

Il y a eu d'autres propositions, comme celle de disloquer complètement les Pays de la Loire pour rattacher la Vendée au Poitou-Charente, et les 3 autres départements à la région du Centre. Sauf que ces autres régions n'ont rien demandé et forcément, cela va créer de nouveaux enjeux économiques (j'y reviens après). François Fillon et Jean-Marc Ayrault avaient également proposé de réunir Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charente dans une seule et même région "Grand Ouest", mais manifestement, cela ne plaît pas aux pro-réunification qui verraient le nom de la Bretagne noyé dans une région avec le mot "Ouest" dedans… comme quoi ça tient pas toujours à grand chose des fois…

Sur le plan économique, le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne pose quand même plusieurs questions de taille parmi lesquelles :

  • Qui obtiendra le statut de préfecture de région entre Nantes et Rennes ?
  • Quelle sera la nouvelle préfécture des Pays de la Loire si cette région subsiste ?

Les pro-réunifications pensent souvent à leur attachement affectif à la région Bretonne, mais moins souvent à la question économique sauf si c'est pour aller dans le sens de l'économie Bretonne. C'est ce que nous relaye Wikipédia quand on lit que les « analyses économiques détaillées [défendent] l'unité bretonne au nom des synergies dans les domaines de la mer, l'agro-alimentaire, les NTIC, les biotechnologies, la construction automobile, navale et aéronautique ainsi que la visibilité internationale de la Bretagne ».

Pourtant, quand la France est passée de 22 à 13 régions (pour des raisons économiques, notons-le), cela a engendré un vrai fiasco qui n'est pas encore tout à fait réglé à l'heure actuelle alors que cela fait bientôt 4 ans que le territoire français a été redécoupé. Car au-delà de réunir des préfectures, il y a des conséquences économiques et politiques auxquelles on pense moins. En effet, les institutions publiques font appel à des sociétés privées en lançant des appels d'offres. Si on prend l'exemple des rectorats qui mettent à disposition des environnements numériques de travail aux étudiants, une vraie bataille s'est livrée dans certaines régions pour décider des acteurs de ces changements car il faut bien actualiser les sites Internet… Personnellement, quand on met autant d'argent en jeu dans certaines décisions politiques, je ne vois pas où sont les économies quand on redécoupe un territoire…

Je ne m'attarde pas plus sur ce point car ce sont là que mes connaissances en économie et en géo-politique s'arrêtent…

Conclusion

J'apporte quelques éléments de réponse dans cet article qui expliquent pourquoi je suis contre le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Mais notez que je ne suis pas fermé au débat. Non. Au contraire, je sais que mes arguments ont des lacunes, car je ne suis pas un spécialiste de la question. Je vous invite donc à débattre calmement et de façon constructive en commentaire pour m'apporter d'autres éléments de réponse qui me feront peut-être changer d'avis (qui sait ?)

En attendant, je tiens à le redire, je n'ai rien contre la Bretagne qui est une belle région que j'apprécie, qui a une culture unique et qui doit être mise en valeur. Cependant, cela vaut-il, pour autant, que l'on bouscule l'ordre établi en rattachant la Loire-Atlantique à la Bretagne, après tout ce qui vient d'être évoqué dans cet article ? Je ne suis pas sûr…

Sources

Post scriptum

Cela fait un moment que je n'ai pas publié d'article sur ce blog et de vidéo sur ma chaîne YouTube. Je n'oublie pas leur existence, je manque seulement de temps. Ça reviendra… un jour.

Rédigé le .

Commentaires

comments powered by Disqus
À propos de moi

Tu veux ma photo ? Je sais, j'ai un nom un peu long mais contrairement à ce que tout le monde peut croire, il est très facilement prononçable : Christopher Machicoane-Hurtaud… (vous pouvez m'appeler par mon numéronyme C26d si ça vous chante). C'est pour ça que j'ai choisi c‑mh.fr, c'était plus court. Je suis né le 6 novembre 1992, un jour où, d'après Wikipedia, il ne s'est pas passé grand chose d'exceptionnel ; et je vis dans l'agglomération nantaise. Dans ce blog, vous trouverez plein de trucs qui pourront parler de radio (ma première passion), de musique (mon autre première passion), de web, et quelques réflexions sur l'actu de temps à autres. Un peu de tout, en somme, mais pas encore de licornes arc-en-ciel ; mais j'y songe…

Pour me contacter, envoyer un mail à christophermh44 [at] gmail.com