En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus
  • Pensées en vrac
    Ah ! Le traditionnel débat de : qui est le fautif entre l'hébergeur, celui qui partage le contenu et celui qui le télécharge… D'autant plus que les société productrices qui amassent le plus d'argent sont celles qui sont les premières à porter plaintes (comme si elles ne gagnaient pas assez). Du temps des postes de radios à cassettes et des VHS, ça ne dérangeait personne qu'on enregistre ce qu'il passe à la radio ou à la TV… (commentaire posté sur cet article : http://www.nextinpact.com/news/101361-les-producteurs-musique-stream-ripping-et-copie-privee.htm#/comment/5737289)
  • Pensées en vrac
    Donc les semaines durent 7 jours parce qu'à l'époque des Romains, les astronomes ne connaissaient que 7 planètes et astres (Lune, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus, Saturne, et le Soleil). Les décisions vieilles de plus de 2000 ans subsistent encore aujourd'hui, alors que si ça se trouve, on pourrait avoir des semaines de 5, 6, 8, ou 9 jours qui pourraient être plus adaptées à notre métabolisme ?
  • En quelques lignes
    Nouveau type de contenu dans ce blog ! Tout ce qui n'a pas besoin d'être étalé sur plusieurs paragraphes et d'avoir un formatage particulier sera désormais contenu dans des micro-publications telles que celle-ci.
  • Un petit mot rapide
    Pourquoi aujourd'hui, on cherche tout le temps à traduire les anglicismes ? De tous temps, la langue française s'est enrichie de mots étrangers (t-shirts, opéras et autres chorizos), alors pourquoi aujourd'hui vouloir proposer des mots-dièses, des bolidages (tiens, mon correcteur d'orthographe ne connaît pas ce mot) ou des balado-diffuseurs ? De cette question en découle une autre, pourquoi ressortir une proposition de réforme vieille de 16 ans pour simplifier l'orthographe de plusieurs mots ? Notre belle langue est à l'image de notre pays, pluriculturelle et complexe. En réalité, faire appliquer cette réforme de 1990, ce n'est pas enrichir notre langue, mais bel et bien l'appauvrir.